Index GOODPayeur : « mauvais payeur »

GOODPayeur répond à toutes les questions que vous avez pu vous poser sur les mauvais payeurs.

Qu’est-ce qu’un mauvais payeur ?

Un mauvais payeur est une entreprise, une société, une institution qui, sans avoir négocié de délai supplémentaire, règle le montant de la facture au-delà de la date d’échéance.

Si aucune mention particulière n’est portée sur vos factures (parce que vous avez oublié, parce que la paperasse n’est pas votre tassé de thé, ou pour toute autre raison la plus farfelue soit-elle), le délai de paiement légal est de 30 jours à compter du moment où le produit qui vous a été commandé est livré ou dès lors que la prestation pour laquelle vous vous êtes engagés est réalisée. Le paiement pouvant alors intervenir 60 jours plus tard si le client en question a songé, dès la commande, à vous payer avec un différé.

Bien sûr, il peut s’agir de sa part d’une étourderie (d’autant qu’il est plus agréable de penser aux projets futurs qu’à se délester de quelques dizaines d’euros, voire bien plus selon la prestation demandée), d’un oubli (volontaire ? Nul ne saurait le dire en toute franchise…) ou encore d’une surcharge de travail lui incombant (avérée ou simplement largement clamée sur les toits pour justifier certaines lenteurs…), la facture peut avoir été égarée dans les méandres des circuits bureaucratiques de ses services. Il peut également arriver que deux chiffres inscrits sur votre RIB (ou IBAN, appelez-le comme vous voulez, quoi qu’il en soit il s’agit de votre identifiant bancaire) aient pu, malencontreusement, être inversés. Il peut aussi s’agir d’une bourde commise par le/la petit(e) stagiaire accepté(e) dans les bureaux pour satisfaire un partenaire de l’entreprise et qui ne sait pas encore manipuler les logiciels correctement…

Bref, en tout état de cause, ce manquement peut être lourd de conséquence pour votre entreprise. Votre trésorerie s’en trouve impactée et ce parfois de façon funeste.

Il serait tout de même particulièrement rageant de voir votre commerce péricliter pour ce type de raison si par ailleurs vous avez un nombre de clients suffisant pour parvenir à vivre de votre création. Votre objectif doit être que l’argent doit entrer dans vos caisses une fois la prestation réalisée.

Comment reconnaître un mauvais payeur ?

Certains mauvais payeurs sont plus connus que d’autres. Alors, pour commencer, vérifiez sur la liste établie par Bercy si le nom de l’entreprise pour laquelle vous avez réalisé une prestation y est mentionné. GOODPayeur recense les condamnations et offrent gratuitement l’accès à l’information à travers son moteur de recherche.

Après avoir consulté les informations gratuites, téléchargez  ensuite le rapport complet sur les comportements de paiement qui mesure la fiabilité de l’entreprise à laquelle vous vous intéressez. Fait-elle partie des bons ou des mauvais payeurs référencés ? Plus de 300 millions d’expériences de paiement servent à établir le score de toutes les entreprises, collectivités, associations et administrations françaises.  Ce ne sont pas seulement les grands groupes qui font l’objet d’un scoring. Et c’est sans engagement que cette information est disponible au détail, ce qui, d’ordinaire, n’est pas le cas.

Quoi qu’il en soit, après quelques explorations de nos services, vous parviendrez rapidement à la conclusion qu’il n’y a pas de profil type du mauvais payeur. Ce serait tellement simple de pouvoir voir au premier coup d’œil s’il est possible, ou non, de faire confiance à quelqu’un… Cela peut concerner n’importe qui, du petit artisan de quartier à la multinationale en passant par toutes les sociétés intermédiaires. Le comportement de paiement de chacun est, somme toute, complètement aléatoire. Alors, le plus sage, est encore de veiller à ce que les factures sortant de votre bureau soient les plus claires possibles, établies parfaitement dans les normes.

Ajoutons qu’un peu de tact, de diplomatie et de savoir-vivre ne font pas de mal dans les relations que vous serez amenées à entretenir avec votre clientèle au fil de votre vie d’entrepreneur.

Quelle assurance contre un mauvais payeur ?

Il n’y a pas d’assurance contre les mauvais payeurs, mais plutôt des assurances contre les impayés, on parle alors d’assurance crédit. Ces couvertures sont offertes aux entreprises de toutes tailles (TPE, PME et grands comptes) afin de garantir les impayés. L’objet de ces assurances est de garantir sur les créances commerciales contre les risques de défaillance de paiement des clients débiteurs. Cependant toutes les créances ne peuvent pas faire l’objet d’une garantie. C’est la raison pour laquelle il existe le système de prévention GOODPayeur. Singulièrement, il s’agit ici du sujet de l’e-réputation. Vous savez de quoi il s’agit ?

En deux mots : la réputation numérique concerne ce qui se dit d’une personne, d’une société, d’un produit, d’une prestation… sur internet. Qui n’est jamais allé lire les commentaires, sur la toile, laissés par d’autres usagers/clients au sujet d’un hôtel, d’un dentiste, d’une école ou encore d’un éleveur de komondors ? Qui n’est jamais revenu d’un dîner dans un restaurant tellement pitoyable que l’envie de s’exprimer sur un forum l’a conduit à décrire en détail le déroulement de sa soirée ? Qui n’a jamais eu affaire au meilleur, au plus doux et au moins cher des orthodontistes, à tel point que vanter ses mérites sur la toile est devenu une évidence ? Voilà donc ce qu’est l’e-réputation !

Concrètement, si une entreprise a tendance à régler ses factures en retard, elle doit s’attendre à avoir un score défavorable sur GOOD Payeur. A l’heure où tout s’accélère, où le monde bouge, où les décisions se prennent vite, où l’offre atteint des sommets toujours plus considérables, il est fort déraisonnable de mettre en péril sa trésorerie alors que quelques clics auraient suffi pour obtenir une information précise sur la fiabilité des comportements d’une entreprise !

Le site de GOODPayeur peut non seulement vous rassurer mais vous aidera, par ailleurs, à faire les bons choix au bon moment dans l’établissement de vos conditions commerciales.

Comment faire payer un mauvais payeur ?

S’il s’agit d’un mauvais payeur occasionnel-tête en l’air, un simple rappel à l’ordre suffira (parfois prendre un café avec son client pour lui rappeler, avec délicatesse, qu’il vous doit de l’argent peut être suffisant, sans même que le ton ne s’envenime). Lorsque vous avez affaire à un mauvais payeur notoire, que l’on pourrait presque qualifier de professionnel, alors il convient de sortir un autre arsenal. Ici, le langage et la méthode doivent être adaptés au client et à la situation. GOOD Payeur propose un outil de relance de factures paramétrables laissant une grande liberté dans la programmation d’un scénario que vous pouvez tester gratuitement et qui préservera la relation avec votre client. Mais si vous le désirez, il est possible de publier un impayé dans la liste BADPayeur afin d’exploiter un levier de persuasion supplémentaire.

Il y a quelques années, la solution était de passer par l’étude d’un huissier de justice, bien que les démarches aient été grandement améliorées avec les technologies numériques, le recours à un tel professionnel a un coût qui peut revenir à prohiber le recours contre certains mauvais payeur. Bref, il y avait de quoi y perdre son latin et surtout son entreprise ! En l’absence d’huissier de justice, les actions des professionnels du recouvrement, bien qu’efficace dans la majorité des cas, manque d’un atout fondamental : un levier de persuasion au-delà du contentieux.

GOODPayeur propose un arsenal de fonctionnalités maillées entre elles afin de créer un concept simple et efficace : un scoring des comportements de paiement qui ne se limite pas à la solidité et la solvabilité financières des entreprises. GOODPayeur est la solution culturelle à un problème culturel qui répond aux objectifs économiques et juridiques de raccourcissement des délais de paiement !

Prenons un exemple pour illustrer nos propos : deux amis, Monsieur X. et Monsieur Y., ont décidé de se lancer à leur compte en même temps. Monsieur X. est peintre, Monsieur Y. carreleur et tous deux ont été retenus pour la réalisation du chantier de l’entreprise de Monsieur Z.. : la construction d’un immeuble de bureaux à Sainte-Philomène-la-Mignonne. A l’issue des travaux, bien évidemment, ils envoient leur facture. Malheureusement pour eux, Monsieur Z. est un riche investisseur qui sillonne le monde à la recherche des meilleures opportunités qui feront de lui un homme encore plus riche. Ainsi, le courrier s’accumule sur le bureau de sa résidence en France sans être traité. Les jours passent, les semaines… et Messieurs X. et Y. restent impayés. Monsieur X. décide de faire appel aux services d’un huissier pendant que Monsieur Y., ayant entendu parler de GOODPayeur, décide de tester celle-ci. Plusieurs jours s’écoulent sans que les deux amis se rencontrent et c’est autour d’un verre qu’ils se retrouvent finalement trois semaines plus tard. Monsieur Y. évoque le chantier qui l’occupe actuellement et la qualité des faïences choisies pour le réaliser, il se lance dans des descriptions dithyrambiques de son commanditaire, bref rien ne saurait entamer sa bonne humeur et son entrain mais devant l’air prostré de son ami il se tait finalement. Monsieur X. lui explique alors qu’il est au bord du gouffre et que si la situation ne s’améliore pas dans les tout prochains jours il va devoir mettre la clef sous la porte. Monsieur Z. ne l’a toujours pas payé et les dépenses qu’il avait engagées pour réaliser ce chantier ont englouti tout ce qu’il possédait. Sans une rentrée d’argent imminente, les banques vont se saisir de ses biens et tout sera fini pour lui. Monsieur Y. est interloqué. En effet, une fois inscrit sur le site GOODPayeur, sur lequel il avait d’ailleurs pu trouver le nom de Monsieur Z. parmi les mauvais payeurs notoires, il n’a rien eu d’autre à faire qu’attendre quelques jours pour voir arriver sur son compte le montant de la facture adressée à Monsieur Z. ! Ce dernier l’ayant par ailleurs joint par téléphone pour s’excuser de ne pas avoir réglé la créance plus tôt faute d’en avoir pris connaissance étant hors de France.

GOODPayeur s’avère bien être la solution douce pour faire céder les mauvais payeurs à moindre frais et inquiétudes.

Quel recours contre un mauvais payeur ?

A chacun son métier, n’hésitez pas à vous faire conseiller par un avocat pour identifier les opportunités de recours. Dans les actions de recouvrement, les huissiers de justice se verront naturellement impliqués, mais les sociétés, cabinets et conseillers en recouvrement vous apporteront des solutions en cas de récurrence dans vos problèmes face aux mauvais payeurs.

Bon, il faut bien vous rendre à l’évidence, l’une des factures que vous avez émises ne sera visiblement pas payée sans une intervention, un recours… Alors, vous êtes athée il ne sert donc à rien d’aller faire brûler un cierge à Notre-Dame de la Garde ou de prier sainte Rita la patronne des causes désespérées ; vous êtes le roi de la malchance, il ne faut donc pas compter sur votre bonne étoile… mais il va falloir agir !

Vous pouvez vous atteler à la tâche et entamer la constitution d’un dossier qui vous permettra de contacter le client qui tarde à vous payer :

  • Compiler les adresses personnelle et professionnelle,
  • Rechercher les numéros de téléphone fixe, portable, domicile, bureau…
  • Préparer des lettres de relance
  • Rédiger des courriers divers…

Toutefois, c’est là un travail très chronophage, et particulièrement rébarbatif il faut bien l’avouer, auquel vous passerez le temps que vous deviez occuper à autre chose dans votre entreprise et qui, de plus, n’est pas assuré de succès. Par ailleurs, vous devrez procéder à des calculs savants pour établir le montant des pénalités de retard suivant le taux d’intérêt prévu par les conditions générales de vente (souvent identique au taux directeur de la Banque centrale européenne), en vigueur au 1er janvier et majoré de 10 points. Bref, nombre d’entre vous pourrez bien y perdre leur latin surtout si les mathématiques ne sont pas votre tasse de thé.

Recourir aux conseils d’un professionnel du recouvrement est la solution la plus simple et, surtout, la plus efficace. Il connaît les moindres recours possibles et tous les éléments permettant de parvenir au recouvrement des créances, quelles qu’elles soient. Vous concernant vous avez des préoccupations toutes autres ; que vous soyez plombier-chauffagiste, pâtissier, clown, dame de compagnie, jardinier-paysagiste, éleveur de chats angora ou échassier, vous excellez dans la pose de robinetterie, le chou à la crème, l’humour, l’empathie ou l’équilibrisme… mais jamais vous n’avez décidé d’exercer votre métier parce que vous souhaitiez pratiquer la finance et connaître tous les tracas qui en découle.

Comment retrouver un mauvais payeur ?

Vous êtes dans l’impasse parce que vous ne savez pas comment retrouver votre débiteur mauvais payeur. Il arrive parfois que vous ayez du mal à retrouver l’un de vos débiteurs. Les renseignements vous ayant été fournis au moment de la commande sont peut-être erronés, imprécis, voire même absents, bref vous ne savez comment procéder pour percevoir les sommes qui vous sont dues. Et puis vous avez la fâcheuse tendance à faire confiance à tout le monde et n’avez pas pris la peine de noter correctement des éléments qui ne vous semblaient peut-être pas forcément importants.

En premier lieu, lors de la signature d’un contrat, prenez soin d’identifier clairement votre client, cocontractant au moyen de GOODPayeur ou de tout autre annuaire d’entreprises à jour (Societe.com, Infogreffe…)
Deuxièmement, puisque vous y êtes, consultez les comportements de paiement de cette entreprise, si déclarée légalement, elle fait l’objet d’un scoring sur GOODPayeur.
Troisièmement, mettez sous surveillance l’entreprise concernée pour être alerté en cas de changement d’adresse par exemple.

Comment signaler un mauvais payeur ?

Vous avez vécu une bien mauvaise expérience avec l’un de vos clients au moment du règlement de la facture et souhaitez ne plus jamais connaître cette situation. Les heures sombres que vous venez de traverser sont gravées à jamais dans votre esprit vous avez craint à chaque instant de vous retrouver en difficulté alors que vous avez fourni un travail. Alors, évidemment, le nom de celui-ci vous est connu, mais comment être sûr de ne pas tomber à nouveau sur un mauvais payeur ? L’idéal serait que de tels individus soient connus de tous les entrepreneurs et autres artisans afin que toutes les précautions soient prises avant d’engager de quelconques travaux/prestations.

C’est exactement la solution que propose GOODPayeur ! Se présentant sous la forme d’un site d’avis, cette société fait état des notes attribuées par une entreprise à une autre, lui ayant passé commande, concernant son comportement de paiement. Cette technique peut être perçue comme un défi à relever pour tous les clients auprès de leurs fournisseurs. Ainsi, leur rapidité et surtout leur respect des délais mentionnés sur les factures établies leur permettent-ils d’améliorer chaque jour leur score pour compter parmi les meilleurs payeurs.

GOODPayeur référence sur ses pages les bons et, de fait, les mauvais payeurs, vous aidant ainsi à savoir envers qui vous vous engagerez à l’avenir. Et si, hélas, vous avez affaire à un client pratiquant la culture du retard de paiement, vous saurez où le signaler afin d’en informer d’autres potentielles victimes.

Mais, concrètement, comment GOOD Payeur vous indique la qualité d’un client ?

  • Inscrivez-vous sur le site GOODPayeur (en 2 clics c’est bouclé !),
  • Allez sur la page « Vérification »,
  • Entrez la dénomination de l’entreprise recherchée ou le numéro de Siret (le connaître, c’est le top !… mais vous n’en disposez pas toujours),
  • Cliquez sur « Affichez les détails »,
  • Lisez la fiche qui apparaît à l’écran (elle mentionne les informations gratuites sur les pratiques de paiement de l’entreprise recherchée).
  • Vous pouvez également un rapport sur les comportements de paiement.

GOODPayeur fonctionne grâce à vos avis, aux expériences de tous et à leur partage. Et oui ! Si vous avez pu connaître le comportement d’une entreprise demandeuse c’est parce que d’autres prestataires de services, artisans, commerçants comme vous ont eu la gentillesse de partager leur réalité afin que, peut-être elle ne devienne pas la vôtre.

Pour nous aider à contribuer à contracter les délais de paiement : Suivez-nous et partagez nos articles. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *